xavier

mercredi 20 décembre 2006

Oradour sur Glane, voici l'histoire...

S4021716

Posté par xavmax à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les origines

Le nom Oradour vient du mot latin oratorium qui indique un lieu de prière pour les morts. Oradour se dit en langue Limousine Ouradou, il correspond à l’endroit où l’on prie. Deux interprétations sont proposées quant à l’origine du nom, la dénomination d’Oradour, l’origine du lieu, viendrait soit d’une chapelle privée édifiée sur le domaine d’un riche particulier, soit d’une chapelle rudimentaire. Souvent ces chapelles remplaçaient des monuments païens qui se trouvaient toujours au point de jonction des voies romaines. Les monuments avaient un rôle funéraire. En Limousin beaucoup de localités portent le nom Oradour : Oradour-sur-Glane, Oradour-Saint-Genest, Oradour-sur-Vayres. Une lanterne aux morts est présente dans le cimetière d’Oradour-sur-Glane et à Oradour-Saint-Genest.

Le plus vieux vestige trouvé à proximité du bourg est un morceau de souterrain, découvert par un paysan lors des labours, par l’effondrement du sol sous le poids d’un bœuf, entre 1920 et 1925. C’est un souterrain qui servait aux Lemovices, Gaulois limousins, de refuge pour échapper aux pillages, aux massacres et aux brigands.

Posté par xavmax à 22:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Au moyen age

Au Xe siècle, les châteaux forts, les églises, les chapelles de prieurés remplissent la campagne. Malgré les défrichements, le Limousin reste un pays de bois. La paroisse d’Oradour-sur-Glane s’appelle Oratorio supra Glanam.
 
La plus vieille partie de l’église date du XIIe siècle : le chœur. La lanterne des morts, monument essentiellement de la région limousine et de ses environs, date également du XIIe siècle. Elle a été construite dans le cimetière à la sortie d’Oradour en direction de Limoges. Lors d’évènements funéraires une lampe à huile était disposée au sommet de la lanterne et brûlait toute la nuit. La dalle servait d’autel.
 
De 1361 à 1421, Oradour se retrouve dans une zone occupée par les Anglais. Redevenu français, le village se trouve à la frontière du Poitou et du Limousin. Une zone d’Oradour est alors régie sous le droit coutumier (Poitou) et une seconde sous le droit écrit (Limousin). Les habitants étaient devenus poitevins sous la loi, mais restés limousins dans les mœurs et les esprits.
Au XVe siècle, après la guerre de cent ans, la nef et les chapelles latérales de l’église sont construites.
 

Posté par xavmax à 22:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

XVIIe-XVIIIe siecles

Fin XVIIe, Oradour devait être une localité importante avec ses foires et ses marchés. Pour les années 1688-89 on compte 286 feux.

 

L’emplacement du vieux cimetière dérange le seigneur. Un échange de terrain est proposée et s’opère. Le vieux cimetière est déménagé à l’endroit actuel. La lanterne aux morts est déplacée, mais les maçons ne sauront pas la remonter à l’identique. Le 23 juillet 1773, on interdit l’usage de l’ancien cimetière. Toucher aux tombes provoque des agitations dans la population. Cela devient une affaire litigieuse qui va s’étaler sur quatre années.

 

 

 

Posté par xavmax à 22:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 21 décembre 2006

S4021780

Posté par xavmax à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]